Brésil - Amazonie : observations de jardins sur les chemins amazoniens

Publié le

 

Voici quelques observations de jardins privés faites lors d’un transport en bus de la plus importante ville amazonienne Manaus vers un petit village près du Rio Urubu. Faute de pouvoir m’arrêter de mon propre chef je n’ai pas pu m’approcher voire déambuler dans les jardins observés, ni y prendre des photos. Ces observations restent donc limitées à des grandes lignes directrices parfois conclues d’interrogations culturelles.

 

Concernant l’utilisation de l’espace :

1.      Des jardins spacieux car l’Amazonie offre un espace infini pour ses habitants et les maisons sont très éloignées les unes des autres.

2.      De nombreuses allées (souvent de palmiers) car l’espace nécessaire est disponible. Les maisons sont proches des routes mais en même temps assez éloignées pour pouvoir établir une allée. Les allées de racines créent par ces allées permettraient-elles d’endurcir la terre molle d’Amazonie sur les zones d’allers et venues ?

3.      Des jardins épurés, peu remplis. Comme pour bien faire la différence entre la végétation dense et omniprésente de la jungle seule maître d’elle-même et un jardin minimaliste où l’homme peut organiser l’espace, sans le combler, sans l’enfouir sous l’ombre d’immenses arbres et de leurs feuilles et au contraire laisser la vie humaine et le soleil y prendre place.

 

Concernant la végétation :

1.      Des petits arbres à fleurs de couleur éclatante au devant des portails marquant la propriété et son entrée.

2.      Peu de taille type topiaire. Est-ce parce que ce sont des plantes à grandes feuilles, donc peu denses et inadéquates à la taille ? Ou bien parce qu’ils n’ont pas les outils nécessaires ?

 

Autre :

1.      Des clôtures en bois, la matière par excellence de l’Amazonie.

Publié dans REPORTAGES JARDINIERS

Commenter cet article